26 juin 2016

Dix ans de végétarisme


Cela faisait plus de vingt ans que je voulais un jour devenir végétarienne, je le sentais au fond de mon cœur, j’avais fait un maigre essai dix ans plus tôt, à l’époque je voulais abandonner la viande rouge et garder un peu de volaille et de poisson. En 1996, tout le monde me déconseillait à cause du risque de carences en protéines, et j’ai continué à être semi-végétarienne.


Un jour j’ai lu un article d’une communicatrice animalière qui transmettait un message du peuple des animaux, et là j’ai eu le déclic souverain et d’un jour au lendemain j’ai abandonné viande et volaille en me laissant un an pour supprimer aussi poisson et crustacés que je ne mangeais qu’un jour par semaine. Après 4 mois de ce nouveau régime, devant mon morceau de saumon, j’ai affirmé que ce serait le dernier et je n’ai depuis ce jour-là plus consommé aucune chair animale.

Je me suis documentée sur les produits de beauté, de soin, de nettoyage, parfums, médicaments … faits à partir d’une partie d’un animal et j’ai été offusquée, choquée à en devenir malade, pendant une semaine, j’ai eu les paupières irritées, à force de voir ce que mes yeux ne voulaient pas voir, j’étais profondément connectée à tous les animaux. Puis j’ai décidé que je n’étais pas responsable du choix de la terre entière, j’allais faire ma part, comme le colibri.

Au début, j’étais un peu gauche, je remplaçais la chair animale par des œufs ou des produits laitiers et j’ai eu une intolérance au lactose, j’en avais déjà tellement consommé dans mon enfance, à la ferme de mes parents.

En 2007 j’ai découvert l’Ayurveda, et j’ai suivi ses principes végétariens, j’ai découvert les haricots mungo, les lentilles, les pois chiches, en plus du riz et du quinoa que je consommais régulièrement. La cuisine ayurvédique n’utilise pas d’œufs et juste un peu de produits laitiers frais (panir, lassi, yaourt) J’ai ainsi commencé à enseigner la cuisine ayurvédique et aider plusieurs personnes à passer le cap du végétarisme avec bonheur.


Comme tous les végétariens, j’ai entendu  les remarques sur le cri de la carotte,  la blessure de la salade, et j’ai eu droit à beaucoup de critiques, j’ai cependant persisté dans ma voie en disant que je respectais les omnivores et je demandais d’être respectée moi aussi dans mes choix.

Pourquoi suis-je végétarienne ? Pour des raisons spirituelles et éthiques, pour le respect des animaux, pour la planète et l’environnement.

Quel impact sur ma santé et ma vie ? J’ai de suite ressenti une élévation de mes vibrations, une conscience accrue et une meilleure résistance au stress. Je me nourris d’aliments vivants, le plus proches possible de leur état naturel : fruits et légumes frais en grande quantité, oléagineux, légumineuses, un peu de céréales, des algues et beaucoup de graines germées. J’ai aussi découvert l’alimentation vivante (végétalienne crue) et je la pratique surtout durant les mois chauds de l’année. Ma santé est rayonnante, j’ai beaucoup d’énergie vitale, je suis paisible et sereine.

Après dix ans de végétarisme, je suis devenue végétalienne à 95%. Dans cette optique, j’ai créé le projet Veggiemeals afin de promouvoir le végétarisme et de faire un partenariat avec les restaurateurs. Pour plus d’information, visitez www.veggiemeals.lu.

Je donne des ateliers culinaires de cuisine végétarienne ayurvédique et d'alimentation vivante et je peux vous guider vers le végétarisme ou le végétalisme en douceur. Je peux aussi animer des journées ou soirées de famille, d'amis ou de réunions de travail.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire