20 mars 2016

Le massage, un moment de bonheur



Le massage est un art qui remonte à la nuit des temps. Ses effets relaxants, stimulants et thérapeutiques étaient déjà connus dès l'Antiquité, notamment en Inde, en Chine et en Egypte où le massage était un complément indispensable du bain. En Occident, il fut largement pratiqué par les Grecs et les Romains, puis transmis par les rebouteux avant d'être enseigné officiellement. Le mot masser vient du verbe arabe « mass » et signifie toucher. 


Se faire masser, c'est se faire toucher, physiologiquement mais aussi psychologiquement. De tous les organes sensoriels, la peau est le plus élaboré à la naissance. Et il en est du toucher comme des autres sens : s'il n'est pas stimulé, sa sensibilité s'amenuise. Plus on est touché, plus on touche et plus on ressent les perceptions tactiles. Le toucher est une nécessité vitale, au même titre que se nourrir, respirer, boire ou dormir.   

En Asie ou en Afrique, les mamans massent quotidiennement leurs enfants et développent ensemble ce langage universel d'amour à travers le toucher. Mais chez nous, en Occident, si sa valeur a toujours été reconnue dans le monde du sport, son usage ne s'est étendu que récemment à d'autres domaines. Nous avons trop souvent tendance à redouter le contact d'autrui. Pourtant, les recherches actuelles nous prouvent l'efficacité extraordinaire du toucher, qui est au cœur du massage.


Pratiqué régulièrement, le massage développe la conscience du corps et de l'esprit. Le sens du toucher et du plaisir sera retrouvé, c'est la voie royale pour prendre en main notre santé, optimiser notre bien-être et retrouver notre sourire intérieur. C’est un moment de détente par excellence, un moment de pur abandon durant lequel on s’en remet aux mains de l’autre. Comme on le découvre en le pratiquant, le massage est aussi agréable à donner qu'à recevoir.

Les massages font partie intégrante de l’Ayurveda, ils nourrissent et purifient le corps et l'esprit. Un véritable massage ayurvédique est une approche holistique qui va bien au-delà des techniques de massage et de simple bien-être. Afin de pouvoir adapter le massage à la constitution (prakruti) et à la condition (vikruti) du massé, une connaissance des tempéraments et du niveau des toxines présentes est nécessaire. La formation professionnelle en massages ayurvédiques comprend l’étude des principes de cette médecine millénaire, l’anatomie humaine et le système nerveux, les maladies infectieuses et les contre-indications, le pouvoir guérisseur des huiles médicinales, des plantes et des herbes, les chakras, la respiration (pranayama), la relaxation et la méditation.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire